La Haute-Loire terre de Meilleurs Apprentis de France

Par Clara Serrano , Mise à jour le 12/05/2024 à 15:30

Lors de ces dernières semaines, les concours départementaux et régionaux des Meilleurs apprentis de France se sont succédé. Et c'est peu de dire que les altiligériens ont su faire leurs preuves. Parmi les grands récompensés, Dshuliia Salkho et Robin Thomasson ou encore Romain Petiot, trois jeunes altiligériens qualifiés, donc, pour la grande compétition nationale. 

Il a 17 ans, il est élève de terminale en Bac pro MFER (Métiers du froid et des énergies renouvelables) du lycée La Chartreuse-Paradis, et il a remporté ce 3 mai la médaille d'or départementale, mais aussi la régionale, du concours de Meilleur Apprenti de France (MAF). 

La médaille d'or, ça signifie que lors de sa performance devant les cinq juges du concours, il a frôlé la perfection. En effet, le major de sa promotion a obtenu une note de 19,375/20, alors que le seuil pour obtenir le métal doré est fixé à 18. 

Originaire de Bessamorel, on peut dire qu'il baigne dans le métier depuis tout petit puisque son propre père dirige l'entreprise familiale Passion Froid 43. 

Alors quand le jury composé de cinq juges spécialisés, dont le Meilleur Ouvrier de France et un coach Wolrdskills... et son père, lui a demandé de réaliser un circuit frigorifique, il a excellé. Avec au total 150 heures de travail, de réflexion, de performance, pris sur son temps personnel, c'est dire l'investissement qu'il a su mettre dans l'exercice, accompagné de son professeur M. Journet. 

« Je ne m'attendais pas à avoir une si bonne note. C'est mon premier concours donc je ne savais pas à quoi m'attendre. J'ai pu rencontrer chaque membre du jury, et tous m'ont félicité, et m'ont dit que je pouvais être fier de moi. C'est vraiment gratifiant. »

Une performance impressionnante qui lui permet de décrocher sa place pour la compétition nationale, en octobre. 

Il a d'ailleurs développé grâce à ce concours de nouvelles ambitions : « En octobre, je passe les épreuves MAF au niveau national. Je vais faire mon maximum pour décrocher la médaille d’or. Et je me suis inscrit aux Worldskills 2025. Côté les études, je poursuis en Bachelor MEC (Maintenance et Exploitation en Climatique, Ndlr) au Campus La Chartreuse en alternance, mais cette fois dans un grand groupe lyonnais. Après, pourquoi pas continuer sur un BAC+5 à l’ITII avec pour objectif final de prendre la continuité de mon père. »

La récompense de la persévérance

Pour Dzhuliia Salkho, l'histoire est tout aussi belle. À 20 ans, elle est apprentie en 2ᵉ année de CAP cuisine à l'Institut de formation professionnelle (Ifp). Seulement deux ans après son arrivée en France, l'Ukrainienne a, elle aussi, obtenu la médaille d'or de sa catégorie, qui est d'ailleurs bien différente de celle de Robin : la cuisine froide.

Mais contrairement au jeune homme, Dzhuliia a l'habitude des récompenses. En octobre 2023, elle était déjà récompensée du prix d'honneur des apprentis de la société des membres de la Légion d'honneur. Un prix qui "récompense des centaines de jeunes issus de l'apprentissage et de formations professionnelles". 

Accompagnée de l'Auberge Lou Pinatou dans laquelle elle est apprentie, et de son enseignante Mme. Castanet, elle se dirige donc à présent, comme Robin, vers la compétition nationale à l'automne, où elle représentera la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

La boulangerie pas en reste non plus

Côté boulangerie enfin, ils étaient deux à représenter le département, fin avril, à Bains : Romain Petiot et Enzo Dias. Et alors que ce dernier n'a pas démérité, obtenant la médaille d'argent départementale, c'est Romain Petiot qui représentera la région lors du concours national, en septembre. 

En effet, il a obtenu la médaille d'or régionale, à l'issu de beaucoup d'heures de travail et d'une prestation devant le jury quasiment parfaite.  

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

dim 12/05/2024 - 18:24

Heureusement qu'il y a la Chartreuse au niveau énergies renouvelables, étant donné que la fin du lycée professionnel PUBLIC Auguste Eymard est actée (c'est dommage, le chauffage avait été rénové, ce sont les cordonniers les plus mal chaussés). Qui sera le prochain lycée professionnel PUBLIC qui disparaîtra pour laisser un peu plus de place au privé hors et sous contrat ? Trop de vendeurs, de cuistots, d'aides à la personne...? Faites vos jeux rien ne va plus !